La roche tarpéienne est proche du Capitole

29 févr. 2016

Bizarre?... Comme c'est bizarre ! Vous avez dit "compromis" "


"The Lunatic at large of his first offence" et les bizarreries de l'avant-projet de la loi-travail... 

The Lunatic at large of his first offence est en fait le titre du roman de J. Storer-Clouston publié en 1899 ("The Lunatic at large of his first offence, et sous le titre "Le Fou en liberté"La Mémorable et Tragique Aventure" pour sa traduction en France, en 1936
Après sa publication et pour notre plus grand plaisir cinéphile, une phrase de ce roman a été reprise Jacques Prévert, scénariste de "Drôle de drame" en 1937 et est devenue une formule "culte"..

"Bizarre ? Vous avez dit bizarre ? Bizarre, comme c'est bizarre ! " 

Mais, en la transformant quelque peu, nous avons quelques petites idées des rôles et des acteurs de ce film, rôles et personnages qu'il vous reste à associer !..

"Compromis ?... Comme c'est compromettant ! Vous avez dit compromis? car quels sont les points communs des personnages de ce film ? Quels acteurs pouvons-nous associer à ces rôles ?

Les personnages de ce film :
  1. L'archevêque de Bedford, Archibald Soper, donnant des conférences pour dénoncer les littératures licencieuses
  2. Le botaniste Irwin Molyneux, romancier connu par son pseudo
  3. Pierre Jacquemain, conseiller démissionnaire d'un Cabinet de Ministre 
  4. Mme Molyneux dénonçant l'évêque William Kramps, comme le tueur de bouchers
  5. Henri Guisol, le journaliste du Buffington
  6. L'inspecteur Bray de Scotland Yard 
  7. Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux
  8. Pierre Gattaz, Président du MEDEF
  9. ...sans oublier un fêtard amoureux des enterrements !
D'autres personnages pourraient (ou auraient pu) avoir des rôles proches de ces personnages de roman et de film...
  1. Caroline De Haas, créatrice du site
  2. Myriam El Khomrid, Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, rédactrice (?) du texte de loi
  3. François Lamy, Député des Hauts-de-Seine
  4. Laurent Berger, Premier secrétaire de la CFDT
  5. Jean-Marc Germain, Député de la 12e circonscription des Hauts-de-Seine
  6. Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS
  7. Gilles Pargneaux, Député européen 
  8. Michel Sapin, ex Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, ex Ministre de l'Économie et des Finances, ex Ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État et enfin, Ministre des Finances et des Comptes publics,
  9. François Hollande 
  10. Manuel Valls Premier Ministre,  critique principal des actions des opposants au projet de loi et menaces de recours à l'article 49.3...
Jouez en associant des personnages du cinéma avec des personnes réelles...
 


13 févr. 2016

La politique de “Quantitative Easing” : une fausse hétérodoxie ?

Juste quelques mots à propos de la politique de “Quantitative Easing” (QE) inventée par Richard Werner en 1994 et récemment mise en avant par M. Mario Draghi et la Banque Centrale Européenne après des applications au Japon (2001) et aux USA (avec le quantitative easing 1 de la FED en mars 2009)...



La QE en résumé :
  • Ces politiques d'assouplissement quantitatif reposent d'abord sur un changement de stratégie des Banques centrales, changement reposant lui même sur le constat de la perte d'efficacité des politiques monétaires traditionnelles (taux directeur, taux d'escompte, taux interbancaire, réserves obligatoires, contrôles de la masse monétaire ou politique d'open market...) si tant est que ces politiques aient eu un jour une certaine efficacité !
  • Elles reposent aussi sur des outils particuliers comme les acquisitions d'actifs (titres de créances obligataires, dettes d'agences ou titres hypothécaires…) par les Banques centrales qui augmentent ainsi leurs bilans.
  • Ces actions reposent enfin sur l'hypothèse que la mise en circulation de la monnaie dans l'économie "réelle", on augmente les réserves du secteur bancaire et on réduit les pressions déflationnistes.

Des doses homéopathiques d'hétérodoxie ?

  • Première petite dose d'hétérodoxie, le fait de mettre en place cette politique de “Quantitative Easing” (QE) est une reconnaissance implicite de l’incapacité de la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne à agir en direction de l’économie “réelle” (l’investissement, l’emploi, la croissance etc…) 
  • Seconde petite dose d'hétérodoxie, la QE, politique appliquée pour la première fois au Japon, repose en fait sur l’existence d’anticipations d’inflation par les agents économiques générées par des actions non orthodoxes (allant vers l'abandon partiel de la baisse des taux d’intérêt et de la contrainte budgétaire comme les “3%” ?)
  • Dernière petite dose d'hétérodoxie, cette politique adopte l’hypothèse selon laquelle le rachat de titres publics par la BCE et financé par de la création de liquidités, crée des tensions inflationnistes induisant des investissements nouveaux (et donc de la croissance et des emplois) à la condition expresse que cette création monétaire serve à ce financement et non à la spéculation purement financière…

Des risques nouveaux ?

Les débats actuels démontrent l'existence de trois catégories de risques induites par les "Q.E." :
  1. des pressions inflationnistes (approche orthodoxe hyper-traditionnelle !) induites par la création de monnaie...
  2. ...une tendance à l'augmentation des bulles spéculatives vie les marchés financiers...
  3. ... et, enfin, une tendance à l'augmentation de la valeur de certains actifs financiers possédés par les catégories sociales les plus aisées.

Bref, cette nouvelle politique induite par Mario Draghi semble être le prolégomène hétérodoxe du début de la reconnaissance partielle de l’incapacité des politiques communautaires traditionnelles... Mais cette reconnaissance est particulièrement "risquée" car pouvant induire des dérives que l'orthodoxie économique (même teintée d'un zeste d'hétérodoxie) ne peut prendre en compte !

"We are open to a whole menu of measures…” Mario Draghi, octobre 2015…

Open, vous avez dit open ? Bizarre...