La roche tarpéienne est proche du Capitole

30 déc. 2015

Etat de veille... en guise de voeux de nouvelle année...


Âgé de cent-mille ans, j’aurais encore la force  
De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir.  
Notre économie souffrant désormais de multiples entorses,
Peut gémir : à zéro est le matin, à moins 10 est le soir.
 
Car depuis trop d'années nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous désespérons de la lumière et du feu,  
Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille  
A maint bruit vite éteint et perdu, à tout bel adieu.
 
Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore  
De la splendeur possible d’une économie nouvelle et de tous ses éléments.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore  
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

Et de voir le nouveau paradigme d'une société née de nos rêveries
Qui créera alors des emplois et des vies plus sûres,
Et de plaindre la crise en lui opposant des stratégies à l'envi,
Pour admirer la fin de la société mathématisée et panser nos défaites blessures.

Copie non-conforme de Robert Desnos, Etat de veille, 1943
Enregistrer un commentaire