La roche tarpéienne est proche du Capitole

27 janv. 2015

De la richesse de l'hétérodoxie et de la pauvreté du pouvoir : quatre proverbes



A' chi beie sempre acqua finisce per avì granochje in corpu
Qui boit toujours de l'eau finit par avoir des grenouilles dans le ventre.


Depuis des années, des étudiants, des enseignants, des journalistes ou, plus généralement, des professionnels de l'économie s'interrogeaient sur l'efficacité opérationnelle des théories économiques du mainstream, ce tsunami permanent d'analyses totalement abstraites et reposant sur des hypothèses surréalistes.
Un mouvement (plus qu'un espoir) était alors né en France autour d'une demande de séparation entre une section d'économie "pure" et une autre intégrant aussi de la sociologie, de l'histoire et de la politique.

Induve nun ci hè l'amicu ci hè u enemicu
Là ou n'est pas l'ami est l'ennemi.


Cette bonne idée, même si elle comportait néanmoins quelques risques de ghettoïsation, pouvait ainsi améliorer la formation en économie et réduire la fuite des étudiants plus intéressés par le coté opérationnel des études de gestion que par l'abstraction formalisée des hétérodoxies néoclassiques...
Mais cette bonne idée est désormais sinon morte, du moins bien menacée de disparition par les efforts conjoints de Mme Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'éducation, et de Mme Geneviève Fioraso, Secrétaire d'Etat chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche" qui, sensibles au lobbying des conseillers hollandophiles, se sont opposées à la création de cette nouvelle section.

Calci di ghjumente ùn tombanu i cavalli
Les coups de pieds de juments ne tuent pas les chevaux.
 


Qui défendait ce projet de séparation ? Nous pouvons citer l’Association française d’économie politique, Bernard Maris et bien d'autres comme tous ceux qui ont un jour souffert de ce maccarthisme de l'économie...
Qui pouvait ainsi s'opposer à cette création ? En première ligne il y a des orthodoxes intégristes comme Jean Tirole ou Philippe Aghion devenu mandarin de l'Université d'Harvard et conseiller de Hollande et de Macron... et derrière eux tout ceux qui espèrent prendre leur place un jour prochain...

Ancu u pevaru hè chjuculellu, ma si face sente
Le poivre aussi est petit mais il se fait sentir.


Mais le constat de l'inefficacité de l'économie "pure" reste bien présent et se renforce chaque jour devant l'incapacité du mainstream à donner des explications pertinentes et des solutions réalistes face à la crise économique et au désordre mondial.
La science économique a toujours progressé grâce à des ruptures fortes comme celles des classiques au 18ème siècle s'opposant aux défenseurs du pouvoir économique des propriétaires terriens, des marxistes développant une autre vision de l'économie via l'étude des classes sociales et celle des Lois du profit ou des keynésiens laissant de coté les analyses simplistes et déshumanisées de la crise menées jusque là par les néoclassiques.
Mais nos orthodoxes actuels ont trouvé une arme, pour l'instant encore efficace, celle de l'ignorance et de l'oubli car il est plus simple de s'autoproclamer les meilleurs des meilleurs et les seuls garant de la qualité de "LA" science en empêchant les concurrents (les déviants) de publier et en supprimant d'un trait de plume l'enseignement de l'histoire de la pensée économique et en bannissant l'usage de toutes les disciplines qui replaceraient cette pensée dans l'histoire du monde et de la société !

Mais cette histoire et ces autres disciplines existent encore et existeront toujours, 
en déplaise aux autistes et autres censeurs de la pensée !

L'omu di tanti nemici ùn more mai
L'homme chargé d'ennemis ne meurt jamais.

27 janvier 2015, © U.N. Minédipiù

_____________________




Pour plus d'informations :
http://www.marianne.net/Tout-le-monde-n-est-pas-Bernard-Maris-_a243823.html
http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2015/01/22/nouvelle-section-fioraso-nen-voulait-pas/#comment-191640

Merci à http://www.curagiu.com/proverbe.htm

Enregistrer un commentaire